Travaux de hauteur, pas le droit à l’erreur !

picto-pas-d-erreur

Dans le monde professionnel, notamment dans le BTP et l’Agriculture, de nombreuses campagnes de prévention ont été menées. Malgré cela, la chute de hauteur reste la seconde cause d’accidents du travail mortels après ceux de la circulation.

Aujourd’hui, il y a urgence ! Rien qu’en France le coût sociétal annuel est proche du milliard d’euros.

Ce risque est présent lors des travaux de hauteur (chute en périphérie, chute au travers des matériaux, …) ou à proximité d’une dénivellation (puits, tranchées, …).

Une chute de hauteur toutes les 5 minutes en France !

La prise de conscience du danger et de la gravité des effets de la chute est fonction des situation de travaux de hauteur et de la dénivellation. Une hauteur de chute de plusieurs mètres a plusieurs conséquences importantes, la gravité est donc connue des intervenants.

En revanche, la chute de faible hauteur n’induit pas la même perception du risque, bien que ces conséquences puissent être également très graves.

On voit bien par ce constat toute la nécessité de caractériser le risque de chute avec l’ensemble des parties prenantes (concepteur de machines, maitre d’ouvrage, maitre d’œuvre, utilisateurs..) afin de mieux l’identifier en amont et ainsi définir et appliquer les solutions permettant d’éviter l’exposition au risque. C’est ce qu’on appelle

NOUS CRÉONS TIBEKA POUR CONTRIBUER ACTIVEMENT A LA PRÉVENTION DU RISQUE ET A LA DIMINUTION SIGNIFICATIVE DES ACCIDENTS.